Zone Pavillonnaire



Depuis les années 70, la population s’est éloignée des grands ensembles

pour insalubrité et par manque de transports en commun. Après

la banlieue mais avant la campagne, ce qu’on appelle les zones grises,

des maisons individuelles avec jardin fleurissent, une utopie pour la

classe moyenne rêvant d’être propriétaire et d’un statut social. 


Des lotissements sortent du sol à un rythme effréné (170 000 maisons

par an) avec des terrains bon marché en lointaine périphérie des

grandes métropoles en fabriquant des maisons en kits avec des prix peu

élevés pour attirer les classes moyennes. Cette même classe qui

habitait dans des appartements en ville a choisi de s’éloigner pour se

projeter et réaliser un « rêve ». Un rêve de jardin et d’une chambre

pour les enfants en sacrifiant leurs commerces de proximité et leurs

loisirs.

Ils se retrouvent dans une zone d’habitat sans commerces juxtaposée à

des zones commerciales sans habitations que l’on relie et sépare par des

rocades, ce qui oblige à prendre la voiture pour tous les déplacements

du quotidien. Cela provoque un isolement avec des quartiers sans âme,

plus de lien social car aucune activité pour se rencontrer. Ainsi les

magasins en centre-ville ferment car un quart de la population habite

dans ces zones péri-urbaines. 

Ce qui provoque des problèmes écologiques :

-Abattage d’arbre

-Maisons mal isolées

-Appauvrissement de la faune et de la flore

-Utilisation de la voiture pour chaque déplacement

On apporte la ville à la campagne, des terres naturelles et agricoles

font place à du béton. La distance entre les maisons et les zones

d’épandage de pesticides est nulle. Provoquant des tensions entre

riverains et agriculteurs.




Persan,

Ile-de-France
















Puiseux-en-France,
Ile-de-France. II














Ecouen,
Ile-de-France



























                                                                                            ︎


Villeron,

Ile-de-France




















Dammartin-en-Goële,
Ile-de-France














Puiseux-en-France,
Ile-de-France. I


















Marly-la-ville,
Ile-de-France














Epiais-lès-Louvres
















Le Mesnil-Amelot





























                                         



                                        ︎

Autour de  l'aéroport




J’ai cartographié les villes qui entourent l'aéroport Charles de Gaulle.





Voyage en zone inhospitalière ,



l'aéroport CDG est implanté dans les terres fertiles du Pays de France,

une région de plaines traditionnellement vouée à une agriculture prospère

grâce à la qualité de ses sols limoneux.

Paradoxalement, la bétonisation permet d'insuffler de la vie à ces parcelles

de terres infinies et un souffle à toute une économie dans une zone où le

travail manque.



La fertilité ne vient plus de la richesse des terres mais de leur proximité

avec Paris. D’années en années, les nouveaux axes de transports opèrent un

rapprochement entre la
capitale et la banlieue.


Création d'emplois, construction d'habitations flambants neuves,

d'infrastructures pour se divertir, de nouvelles écoles; l'essentiel pour

une vie «normale». Toutefois, l’école est accolée à un

entrepôt et l’aire de jeu se retrouve sous un couloir aérien…

L’aéroport a d’abord été implanté loin des villes pour éviter les nuisances,

il est
dorénavant au carrefour de villes en pleine croissance.




Mon projet consiste à photographier la terre de ces villes qui poussent dans

les champs de betteraves, cette terre malaxée, écrasée et façonnée par

l'homme. Une jolie terre. Du moins photogénique quand la lumière

vient la caresser. Parfois presque aussi belle qu’un paysage vierge. Mes

photos sont pensées comme une invitation au voyage, un voyage sans partir,

pas besoin de
prendre l'avion quand ces paysages sont «Autour de l'aéroport».






Louvres












Chennevières-lès-
Louvres





Mauregard













Mitry-Mory








                      

Fos-sur-mer



On ne peut compter le nombre de cheminées qui s’élèvent vers le ciel le long de la côte. Ces mêmes cheminées qui forment les nuages dans ce ciel

d’azur.

De Martigues à Port Saint Louis en passant par Fos-sur-mer, les usines d’acier, minerai, charbon, pétrole et gaz naturel se suivent et se

ressemblent. Situées idéalement au pied du Rhône avec de grande étendues vierges constructibles et des eaux profondes, le site redonne une force à

Marseille et sur le bassin méditerranéen.



                   



Venue de la France entière et du Maghreb pour travailler, la population a été multipliée par 5 en 40 ans. Un tel chantier a perturbé toute la

population locale. Il a fallu tout construire : routes, habitations, écoles, hôpitaux. Toutes les commodités pour survivre, ainsi que des

aménagements sportifs et culturels, exemple : un stade de foot resplendissant et une piscine grandiose pour vivre confortablement en contrepartie

d’un travail pénible.


Après le manque de logements dans les premières années, puis la construction de grands ensembles puis de zones pavillonnaires sans vie, la

population se retrouve sous des nuages de particules fines invisibles à l’oeil nu depuis 40 ans. Sur un site où la biodiversité régnait en maître,

la Camargue, avec ses oiseaux migrateurs et ses terres agricoles, se retrouve ainsi sous du goudron fraîchement posé depuis que la ville a les

moyens pour engager les travaux publics.

Mais pourtant les gens restent et la population s’accroît, dû à des impôts peu élevés et d’une proximité avec Marseille, Arles et Aix.

Les gens sont habitués à voir les usines, la plupart ont grandi avec cette vue. Leur présence est devenue une normalité, ainsi que les

cuves de propylène accolées à la plage. En oubliant le danger pourtant présent, si une cuve explose, tout brûlera sur un rayon

de 2 kilomètres.


Etrangement la vie sur le bord de la plage est identique à celle de n’importe quelle plage de France. Les enfants jouent avec le sable, les ados

se baignent et les plus anciens pêchent. La population semble résignée.

Le taux de cancer est deux fois plus élevé à Fos-sur-mer que la moyenne nationale. Ça touche principalement les ouvriers, eux vivent

avec une épée de Damoclès mais doivent nourrir leur famille.


Les entreprises mentent sur les chiffres réels du niveau de toxicité dégagé dans l’air, on cache une vérité bien connue. Même les médecins ne

sont plus étonnés quand on trouve des cancers ou des tumeurs sur des patients qui habitent dans la zone de l’étang de Berre. C’est pour cela

qu’une association de riverains de la ville de Fos-sur-mer crie au scandale sanitaire et demande des explications et des mesures pour changer les

choses.


C’est un projet qui soulève plusieurs questions, comme la santé, l’environnement ou encore l’urbanisation. J’aimerais le suivre bien plus en

profondeur en rencontrant des femmes d’ouvriers morts d’un cancer ainsi que l’association qui demande la vérité sur la pollution.

Pourquoi restent-ils ? Les jeunes veulent-ils rester ? Qu’est-ce qui les retiens ? Sont-ils attachés à cette région ?


               

                

                


              


               


           


             


             


                

                                                   ︎
︎                                   Brighton



“Street-photography” 


Clichés un peu cliché capturés dans la célébre station balnéaire anglaise 35 ans après “the last resort” de Martin Parr. Les jeunes parents, 

 
les vieux, les manèges, le coca et les fish and chips. Rien n’a changé.





                


               


                
   
                

               


               

       
               


               


               


               


               
           

               


               


                       

                         





                         






             

                            







                         






        

                         







                          




                         
                  



                                                   ︎
                               

“Les 3 pollutions”



 

Les autoroutes parisiennes traversent la proche banlieue avec des ponts, des tunnels et son séparer des habitations par de simple murs anti-bruits.
Les grands axes autoroutiers “3 pollutions” qui nuit fortement au cadre de vie : des nuissances sonores, visuels et une pollution de l’air.


Réalisé à la chambre photographique 4x5

 








                         
                  

                                                   ︎